Navigation transversale

Samedi 23 Septembre 2017

Vous êtes dans : Accueil > Actions sociales > Prévention > La coordination sociale en Gendarmerie

La coordination sociale en Gendarmerie

Coordinatrice sociale
Brigade Territoriale de Villefontaine
Rue Montgolfier 38090 VILLEFONTAINE
04 74 95 59 18

Afin de mieux accueillir les victimes et toute personne qui se retrouve face à une situation inquiétante ou conflictuelle, ainsi que des personnes mises en cause qui nécessitent un accompagnement, il a été mis en place, depuis 2005, une mission de coordination sociale du CCAS au sein même de la gendarmerie. La coordination sociale dépend donc du CCAS et les coordinatrices sont indépendantes des gendarmes.

 

Deux coordinatrices sociales diplômées en travail social et en psychologie se relayent, du lundi au samedi matin, au sein de la brigade de Villefontaine, pour accueillir, sur rendez-vous ou en urgence, toute personne en difficulté afin de faire le point sur leur situation et de pouvoir la conseiller et l’orienter vers les partenaires et professionnels compétents.

Il s'agit d'une démarche d'action sociale générale privilégiant une intervention de proximité et un accès facilité aux droits et aux services.

Concernant les situations, la moitié d’entre elles leur sont orientées par les gendarmes, d’autres sont orientées par la police municipale ou par des partenaires. Les coordonnatrices peuvent aussi recevoir des personnes qui s’adressent directement à elles pour soumettre une difficulté ou une inquiétude.

Elles peuvent également prendre directement contact, dans certains cas, avec des personnes qui ont été en relation avec la gendarmerie ou la police municipale afin de convenir d’un rendez-vous pour apporter leur aide dans la prise en compte de leur problème.

Les situations qu’elles sont amenées à rencontrer sont variées : séparations conflictuelles, violences conjugales, mineurs en danger, conflits familiaux, etc. Leur mission est d’apporter une première écoute sociale et de pouvoir orienter, si nécessaire, vers les partenaires compétents (association d’aide aux victimes, travailleurs sociaux du CCAS ou du conseil général, etc.).

Elles sont à l’interface entre les services de sécurité et l’ensemble des partenaires compétents du territoire pour assurer une prise en compte globale des difficultés rencontrées.

En 2010, elles ont rencontré 176 situations et reçu 322 personnes.

La coordinatrice sociale est une professionnelle du secteur social qui a pour mission :

  • de proposer une première écoute aux personnes en contact avec la gendarmerie, qu’elles soient victimes ou auteurs, et qui rencontrent des difficultés sociales
  • d’interpeller les partenaires compétents en fonction de la situation
  • d’orienter la personne et d’assurer une médiation (relais) entre les services de la gendarmerie ou de la police municipale et les partenaires institutionnels ou associatifs de la commune.

 

BILAN - Mai 2011

"Le bilan de la collaboration entre les coordinatrices sociales et la brigade de Villefontaine est très positif.

Les missions de secours aux personnes assurées par la gendarmerie la conduisent à connaître différentes situations qu'elle traite sous le signe de l'urgence. Ces sollicitations n'entraînent pas nécessairement l'ouverture d'enquêtes judiciaires mais il demeure impératif d'apporter des solutions concrètes aux usagers pour éviter la réitération des faits voire leur aggravation.

Les coordinatrices sociales prolongent donc l'action que la gendarmerie a initié en assurant l'accueil et la prise en charge des personnes en détresse, qu'il s'agisse des victimes, des auteurs ou de tout autre personne le sollicitant et ce, qu'une procédure judiciaire soit ouverte ou non.

Spécialisées et entièrement dédiées à cette mission de protection des personnes, s'appuyant sur un réseau de professionnels, elles sont pleinement en mesure de gérer et de suivre des situations difficiles.
Leur présence permet donc de prendre réellement en charge les différents problématiques et de trouver des solutions satisfaisantes mais également de libérer les gendarmes de cette charge importante pour les recentrer sur leurs missions de sécurité publique.

Il est enfin utile de préciser que les rapports entre les gendarmes et les coordinatrices sociales, par ailleurs placés sous le signe de la confiance et de l'estime réciproques, sont tenus en application du secret professionnel et que l'action de chacun des partenaires est totalement indépendante de celle de l'autre."

  • Haut de page