Navigation transversale

Dimanche 23 Juillet 2017

Vous êtes dans : Accueil > Cadre de vie > Il était une fois Les Euphorbes... A la découverte de nos espaces naturels > A la découverte des espaces naturels remarquables > L'étang d'Ecorcheboeuf

L'étang d'Ecorcheboeuf

A 15 min de chez vous à pied, découvrez L'étang d'Echorcheboeuf...

Ancienne gravière d’Ecorcheboeuf et marais de Ville
Situé près de la sortie de l’autoroute de Villefontaine, ce grand ensemble est le dernier Espace Naturel Sensible labellisé par le département, ce qui confirme la valeur patrimoniale du fond de vallée de la Bourbre et des zones humides.
Dans ce secteur très plat, le paysage est contrasté entre une terre noire, de l’eau courante ou stagnante (et parfois immergeant toute la zone !), des boisements sauvages denses et vieillissants, de très grandes surfaces de maïs, et quelques rares prairies humides.
C’est là que le ruisseau d’Aillat (en provenance de l’étang de St Bonnet) se jette dans la Bourbre qui reprend un caractère sauvage en dessinant des méandres. Cette rivière bourbeuse zig-zagait anciennement entre Frontonas et Villefontaine et fût canalisée au début du 19ème siècle, en même temps que le canal du Catelan était créé, afin « d’assainir » le fond de vallée et permettre son utilisation agricole.

Ici les activités historiques de l’homme sont visibles : l’étang d’écorcheboeuf est une ancienne gravière creusée pour la construction de la ville puis de l’autoroute, la tourbe était encore exploitée durant la seconde guerre mondiale pour le chauffage, la passerelle des Guinguette un joli pont à structure métallique
Un corridor écologique d’importance régionale permet aux animaux de relier les Terres froides du Sud à l’Isle Crémieu au nord, en se faufilant entre Villefontaine et La Verpillière. Ils doivent alors traverser 5 obstacles majeurs : routes et autoroute, voie ferrée, rivière. Cette « voie naturelle » sera prochainement aménagée afin de faciliter ce transit en bonne intelligence avec l’homme.La saison favorable : l’automne avec ses brumes dans les marais « ouverts » après la récolte du maïs, les crues de la rivière, et la migration des oiseaux

Faunes et flores :

Castor :

De retour sur la Bourbre depuis quelques années, cet animal emblématique laisse des traces évidentes : le fameux tronc taillé en « pointe de crayon » ... sans doute le moyen le plus sûr de le localiser car il est facilement confondu avec le ragondin : ). Le Castor a une nage très coulée, le corps est presque immergé sauf la nuque et la moitié supérieure de la tête qui représente 1/5 de sa longueur (le ragondin lui possède une grosse tête et nage « le dos à l’air »)

Houblon :

Si vous parcourez les marais à la belle saison, vous remarquerez sans doute cette plante vivace de 2-5 mètres, peut étendre ses rames sur des zones entières qu’elle recouvre avec ses grandes feuilles, Ses homologues cultivées fournissent les cônes (fruits) qui servent à la préparation de la bière

 

Lièvre brun

Cet herbivore brun se différencie facilement du lapin de garenne par ses longues oreilles et leurs extrémités noires. Il apprécie les zones cultivées avec des bois, où on peut l’observer plus facilement aux crépuscules réaliser des courses impressionnantes. En fin d’hiver des rassemblements où les mâles se bagarrent de manière spectaculaire.

Peuplier tremble

Son nom est issu de son appellation scientifique « peuplier qui tremble » car ses feuilles et leur implantation provoque des ondulations au moindre courant d’air. Très répandu de l’Europe à l’Asie, il créé des paysages jaune d’or à l’automne, lorsque ces feuilles arrivent en fin de saison. Son écorce gris verts lisse se ride avec l’age et devient brunâtre ... dans notre quotidien, c’est l’arbre avec lequel on fait les allumettes !

Sureau noir

Arbuste atteignant 6m, on le remarque en juin par ses généreuses floraisons blanches diffusant un doux parfum et en fin d’été par ses fructifications noires. Ses fruits sont souvent utilisés pour rallonger facilement les confitures de mûres. Assez répandu dans nos régions on le trouve dans les bois et haies en sol frais.

  • Haut de page