Navigation transversale

Vendredi 15 Décembre 2017

Vous êtes dans : Accueil > Cadre de vie > Patrimoine naturel communal > Paysages et trame verte

Paysages et trame verte

Les boisements disséminés ont un rôle paysager essentiel

Villefontaine est située entre deux entités : la Plaine de l’Isle d’Abeau et les Coteaux de l’Isle d’Abeau et peut se diviser en trois ensembles.

La vallée de la Bourbre

Son orientation est selon un axe Sud-Est – Nord-Ouest ; c’est une zone humide voire marécageuse ; mais la création du canal du Catelan a permis de l’assécher de façon importante.

C’est un paysage de marais, très agricole mais dont l’urbanisation est grandissante. Ce grand espace plan est propice à l’accueil des grandes infrastructures (A43, N6, voies ferrées) qui traversent le territoire de la Ville Nouvelle et en desservent les différents quartiers, et qui relient la Ville Nouvelle à l’agglomération Lyonnaise et aux Alpes.

Tous ces réseaux (et les deux canaux) fractionnent l’excroissance communale qui est transversale à la vallée.

Cette situation et son exposition aux inondations font que l’urbanisation est de type industriel (ZAC du Parc Technologique de l’Isle d’Abeau). Ces bâtiments industriels ont un impact visuel fort.

 

Le site urbain

L’ex Ville Nouvelle

Le SDAU arrêté en 1978 prévoyait une population de 250 000 à 300 000 habitants sur une surface de 40 000 ha ; ce chiffre n’a (heureusement) pas été atteint ! La population de l’Agglomération Nouvelle est de 100 000 habitants. Hors, en 1995, le déploiement du bâti a rempli les zones prévues en première phase du SDAU ! Les formes d’habitats construites sont de moins en moins denses avec le temps : au début de la Ville Nouvelle, les habitats sont principalement collectifs : aujourd’hui l’habitat est individuel et sa taille se réduit encore…

Dans le périmètre de l’ex-SAN, les 40 000 habitants occupent l’espace prévu initialement pour 140 000 habitants ! Cependant, dans certains secteurs aménagés, les surfaces non bâties représentent plus de la moitié du territoire prévu initialement dans les objectifs du SDAU.

 

Villefontaine

L’urbanisation de l’espace rend la ville, ceinturée de vert, difficile à comprendre. Les nombreux espaces verts interstitiels naturels ou non maillent la ville et ses quartiers. Le Boulevard de Villefontaine comportant de part et d’autres de larges bandes végétalisées est l’axe principal de la ville.

L’origine rurale de la ville est conservée au niveau du Ginet et du Village (petites maisons et église) et des châteaux domaniaux (Le Vellein, Vaugelas…).

Le relief est une suite de collines dans lesquelles sont implantés la plupart des secteurs bâtis, qui ainsi nichés se sont individualisés par le jeu des creux et crêts. Aussi l’impact sur le paysage naturel est limité malgré la densité de l’urbanisation villarde (le bâti représente près de 75% de la surface communale). En effet, depuis les réseaux routiers de plaine, le regard se pose sur les collines en forte pente et boisées ; Villefontaine garde son image de ville-nature malgré la présence des bâtiments industriels de la vallée au premier plan. En de nombreux points hauts de la ville, on peut voir les Alpes.

 

La continuité boisée

Cet espace n’est pas une bande intégralement boisée et continue : c’est une alternance d’espaces agricoles et végétalisés dans laquelle sont inclus les différents quartiers.

Remarquable par son aspect rural, la ville particulièrement attractive permet d’apprécier de belles vues panoramiques. Le jeu du relief et des cloisonnements végétaux crée localement des effets de clairière et permet une bonne absorption visuelle du bâti.

  • Haut de page