Navigation transversale

Dimanche 23 Juillet 2017

Vous êtes dans : Accueil > Toute l'actualité > 2015 > 2014 > Portrait de Morgan Chalandat

Portrait de Morgan Chalandat

La 26e édition du Téléthon s'est déroulée les 7 et 8 décembre 2012, Morgan Chalandat est l'un des organisateurs du Téléthon 2012 à Villefontaine.

Organisateur du Téléthon 2012 à Villefontaine

Handicapé moteur suite à ce qu’il appelle un accident de la vie, Morgan Chalandat est le président de l‘association «Villards unis contre les maladies génétiques ». En tant que valide, il était déjà très actif dans le milieu associatif, il était trésorier du comité départemental de spéléologie du Gard. Il a d’ailleurs participé aux recherches, malheureusement infructueuses, du spéléologue renommé Eric Establie à Labastide de Virac en octobre 2010.

A la suite du diagnostic de sa maladie, il quitte Nîmes et s’installe dans le Nord-Isère, d’où est originaire son épouse. Ce rugbyman, ancien chauffeur routier international, consacre aujourd’hui une grande partie de son temps à la future édition du Téléthon. Il est ravi de l’accueil qui lui a été fait par la ville de Villefontaine qui a tout de suite appuyé le projet. Il souhaite pouvoir rassembler des personnes valides et des personnes handicapées le 8 décembre. Ce jour-là, l’association sera présente sur le marché de noël de Villefontaine et aussi le matin sur le marché des Roches.

Son objectif est donc de fédérer autour de cette grande cause qu’est le Téléthon en proposant des animations à la portée de tous. Pour cela il lance un appel à bénévoles. Il souhaite aussi sensibiliser les gens sur ce que sont les différentes maladies génétiques. En ayant plus d’informations les valides ne se sentiront alors pas démunis lorsqu’ils rencontreront les personnes porteuses de ces maladies. De la même manière les personnes atteintes auront moins à craindre le regard des autres.

Conscient des efforts qui sont faits pour l’insertion des personnes handicapées, il salue avec beaucoup d’enthousiasme le service Mobi’bus mis en place par la CAPI et regrette qu’il ne soit pas connu de tous ceux qui pourraient en avoir besoin.

 

 

  • Haut de page